referaty.sk – Všetko čo študent potrebuje
Lukáš
Pondelok, 18. októbra 2021
Jules Romains
Dátum pridania: 01.03.2005 Oznámkuj: 12345
Autor referátu: malin
 
Jazyk: Francúzština Počet slov: 596
Referát vhodný pre: Vysoká škola Počet A4: 2
Priemerná známka: 2.98 Rýchle čítanie: 3m 20s
Pomalé čítanie: 5m 0s
 
(1885-1972)

Ecrivain français qui fut notamment l’auteur du cycle romanesque "les Hommes de bonne volonté" et le créateur de l’unanimisme.

L’unanimisme

Jules Romains, de son vrai nom Louis Farigoule, naquit en Auvergne, dans le petit village de La Chapuze et passa son enfance dans les ruelles de la butte Montmartre à Paris, où son père était instituteur. Entré en 1906 à l’École normale supérieure, il obtint son agrégation de philosophie en 1909 et enseigna jusqu’en 1919, avant de se consacrer exclusivement à la littérature.

Dès 1903, Romains eut l’intuition que dans le monde moderne les individus appartiennent à des groupes, grands corps collectifs pourvus d’une âme qui dépassent celle des individus. Issue sans doute de la lecture des romantiques, de Baudelaire, de Renan comme de l’influence des cours du sociologue Durkheim, qui travaillait essentiellement sur la psychologie des foules, cette vision du monde suppose, ou plutôt affirme, l’existence de liens mystiques entre les êtres ainsi qu’entre l’Homme et la nature.

Romains donna une base théorique à l’unanimisme, qui nourrit toute son oeuvre littéraire, dans un article qu’il publia en 1905: "les Sentiments unanimes et la Poésie"; il développa ensuite cette théorie dans "le Manuel de déification" (1910).

Débuts en poésie

Romains connut ses premiers succès littéraires avec ses oeuvres poétiques, notamment "la Vie unanime" (1908), poème où il célèbre la disparition de tout individu dans l’unanime, c’est-à-dire dans l’âme unique d’un groupe solidaire, et "le Premier Livre de prières" (1909). Voir Poésie.

Le thème de la métamorphose de la ville, dont l’âme commune vient au monde par la médiation du poète, est reprise dans ses romans, tantôt sur un ton sérieux, comme dans "Mort de quelqu’un" (1911), où une mort anonyme permet le réveil d’une conscience collective, tantôt sur le mode comique, presque parodique, comme dans "les Copains" (1913), où une bande d’amis tire de son sommeil une bourgade de province grâce à une série de canulars.

Théâtre

Romains s’illustra ensuite au théâtre avec la trilogie formée par "Donogoo-Tonka" (créé en 1920 et adapté à la scène en 1930), une comédie sur l’imposture, "Monsieur Le Trouhadec saisi par la débauche" (1923) et "le Mariage de Monsieur Le Trouhadec" (1925).

Son plus grand succès théâtral reste cependant "Knock" (1924), où un médecin cynique fait fortune en mystifiant tout un canton. Cette pièce, en réalité une réflexion sur le rôle du chef au sein d’un groupe, fit l’objet d’une interprétation célèbre par Louis Jouvet. Voir Drame et art dramatique.

Les Hommes de bonne volonté

Par la suite, Romains se consacra au roman, d’abord avec une trilogie, "Psyché", qui comprend "Lucienne" (1922), "le Dieu des corps" (1928) et "Quand le navire!!!…" (1929), puis avec son immense cycle romanesque "les Hommes de bonne volonté", dont les vingt-sept volumes sont parus de 1932 à 1946.

L’action des récits qui constituent ce cycle commence le 6 octobre 1908 et se termine le 7 octobre 1933, le premier et le dernier tome étant d’ailleurs consacrés au récit de ces deux journées, présentées à partir de plusieurs points de vue. Dans cette oeuvre immense, Romains peint une fresque unanimiste de la vie nationale, ayant pour but avoué de représenter la totalité de l’expérience humaine. Il y utilise la technique de la variation des points de vue, et du contrepoint des intrigues, ce qui lui permet de donner des mêmes événements une représentation variée, kaléidoscopique. Voir Narration; Roman.

Exilé de 1940 à 1945, Romains appela les écrivains français à la Résistance. Il fut élu à l’Académie française (voir Institut de France) en 1946, mais l’optimisme foncier de l’unanimisme avait déjà subi alors un cruel revers avec les crimes commis pendant la Seconde Guerre mondiale, comme en témoigne "le Fils de Jerphanion", publié en 1956.
 
Copyright © 1999-2019 News and Media Holding, a.s.
Všetky práva vyhradené. Publikovanie alebo šírenie obsahu je zakázané bez predchádzajúceho súhlasu.